Open Book

REVUE À SENSIBILITÉ FÉMINISTE ET POÉTIQUE

Laboratoire poétique

Carabosse, la fée glauque et glam ?   
 
De l’ancestrale représentation d’une horrible petite vieille aux doigts crochus, au nez tordu surmonté d’un disgracieux furoncle, et à la bosse si intrigante qu’on ne peut s’empêcher de céder à l’insidieuse invitation : « Carrrresse ma bosse ! », qu’est devenue la fée maléfique d’antan ?  Aussi terrifiante que fascinante, Carabosse est joyeusement laide, et sa méchanceté jubilatoire pourchasse les insipides princesses stéréotypées !  Briseuse des Happy ends rose poudré, jeteuse de sorts crapuleux, ombrageuse à souhait, résolument récalcitrante ! Elle se moque du qu'en dira-t-on et bouleverse les règles sociales d’un coup de baguette magique. La Belle au bois dormant n’est pas parfaite, et elle ne se mariera pas si facilement avec le beau prince. Un peu de désordre dans tout cela ! De la transgression que diable !     
Dégrafeuses de soutien-gorge, frondeuses désépilées, ou encore pin-up assumées éminemment respectables, ne nous laissons pas miner par les canons d’une beauté standardisée.
Mais l’injonction à la jeunesse et à la joliesse frappe toujours de plein fouet les femmes, qui, lorsqu’elles atteignent un certain âge et la période de la ménopause (atroce !), sont invisibilisées. Périmées ? Impropres à la consommation ? Souvenir d’Esther Ferrer, performeuse espagnole et féministe engagée, qui en 2013, à la FRAC de Rennes, se mettait à nu face à son public. Elle dénonçait alors le diktat selon lequel « une vieille n’a pas le droit d’être vieille », considérant au contraire qu’elle avait bien « le droit de se mettre à poil et sans aucune honte »[1]. Or, Carabosse est très très vieille et très très laide et je peux vous dire qu’elle s’en tape le coquillard.
Relevons le défi de l’affirmation et de l’anticonformisme. Carabosses du XXIe siècle, soyons étrangement glam et fièrement glauques ! Femmes calcinées de la cafetière, recycleuses d’épluchures de mots, libérons la créativité qui réside en chacune, marchons de travers, raisonnons en biais, tordons la langue conventionnelle, bosselons notre verbe. Carabosse exècre les mots en conserve ! Carabosse pense en ronds excentriques.
Encore un colifichet féministe ?
Et alors ?
Mon nez me dit qu’ il y a encore des plumes à fracasser sur le papier.
 
[1] https://www.youtube.com/watch?v=iFk4f3TJdEA